Le Test Georges Gacon expliqué

Test de Georges Gacon

Le test Gacon permet d’évaluer la vitesse maximale aérobique intermittente. Cette vitesse sert de base de référence pour la gestion des entraînements en course à pieds.

Pour qui est fait ce test ?

Le test Gacon s’adresse à tous les profils de sportifs, débutants et confirmées. Il peut être pratiqué par des enfants, des adultes, des femmes ou des hommes. Comme pour tous les tests à l’effort, il est recommandé d’obtenir un certificat médical avant de passer le test Gacon.

Les sportifs confirmés ont parfois quelques difficultés à respecter les allures des premiers paliers. Des bips intermédiaires permettent de réguler la vitesse facilement.

 

A quoi sert le test Gacon ?

Le test Gacon un peu comme le test léger met en place une méthode qui permet de connaitre la VMA d’une personne. La VMA, vitesse maximale aérobique mesure l’intensité d’un effort lors duquel la consommation d’oxygène (o2) atteint son seuil maximal.

Ce test est progressif et permet d’atteindre après un nombre de paliers sa vitesse maximale aérobique. À l’origine, le test Gacon n’a pas été inventé dans un but scientifique. Mais de nombreuses études montrent que ce test est fiable et apporte de très bons renseignements sur les capacités physiologiques d’un athlète. À partir des résultats, un entraineur peut proposer un plan d’entrainement personnalisé et fiable.

 

Comment organiser un test de Gacon ?

La mise en place d’un test de Gacon nécessite du matériel et une piste d’athlétisme. Vous aurez besoin deux plots distancées l’un de l’autre de 100 mètres. Les autres plots sont à placer précisément tous les 6,25 mètres après le second plot. Il vous faudra aussi un sifflet et un chronomètre.

 

Comment se déroule le test de Gacon ?

Les sportifs afin de valider les résultats doivent jouer le jeu et donner le maximum. Il est conseillé d’arriver à ce type de séance dans un état de fraicheur maximal. L’échauffement n’est pas nécessaire car le test est progressif. Les premiers paliers peuvent paraitre assez faciles.

Un palier dure une minute et se divise en deux temps. 45 secondes sont réservés à parcourir la distance entre deux plots et 15 secondes permettent de récupérer.

Au premier palier, le coureur doit atteindre le premier plot en 45 secondes ce qui correspond à une distance de 100 mètres. Arrivé au plot, il doit marcher jusqu’ au plot suivant situé à 6,25 mètres en 15 secondes et repartir jusqu’au premier plot en 45 secondes. Sur cette seconde course, il aura donc parcouru 106,25 mètres ce qui équivaut à une vitesse moyenne de 8,5 km/h. À la fin du second palier, le coureur attend 15 secondes au niveau du premier plot et repart dans l’autre sens pour atteindre le troisième plot. Sur ce troisième palier, il court donc une distance de 112,5 km/h en 45 secondes (9km/h). À chaque pallier, la vitesse augmente de 0,5 km/h.

Le test doit continuer jusqu’ à ce que le coureur exprime sa limite et ne puisse plus rejoindre le plot d’arrivée dans la limite des 45 secondes. Une marge de 4 ou5 mètres peut être tolérée pour valider le palier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *