Jamais sans ma Carte

Si il y a bien une chose que j’adore faire lorsque je quitte la région parisienne, c’est de prendre mon vélo (ou de trouver un vélo sur place lorsque je ne prends pas le mien) et de découvrir le lieu en question avec. A pied, le paysage défile trop lentement, en voiture on en voit défiler des dizaines de kilomètres sans y prêter attention, mais en vélo, la vitesse et la sensation de liberté qu’il offre me semble être le compromis idéal pour aller à la découverte d’un nouvel environnement.

Cartes Michelin

C’est pour cela qu’à chaque fois que l’occasion se présente, je prends avec mon vélo une carte papier. A vrai dire, et malgré les nombreux appareils électroniques que j’ai l’habitude d’utiliser, je trouve que pour se guider et prévoir ses itinéraires, il n’y a rien de mieux qu’une carte papier. Routes jaunes, routes blanches, routes pointillées, chaque regard me projette dans ce décor inconnu.

Et en ce qui concerne les cartes, ma préférence va de loin à celles éditées par le manufacturier Michelin. Ce sont les plus claires, les plus faciles à lire et chose très intéressante, sur chaque carte sont repérées par un liseré vert les “routes pittoresques”, à savoir les routes les plus agréables à parcourir.

Routes carte Michelin

Je prends donc à chaque fois un grand plaisir à passer à la fnac acheter la carte de la destination en question, de l’ouvrir, de la parcourir des yeux et d’imaginer les circuits que je vais bien pouvoir faire. Comme un carnet de route, je repère les villes, les numéros de routes et les points remarquables afin de me guider. C’est ainsi que j’ai pu découvrir quelques régions bien choisies : La Costa Brava, le Nord de la Sicile, La côte Ouest de Majorque, ainsi que des régions moins ensoleillées mais tout aussi belles et plaisantes à découvrir : le Beaujolais, les massifs Alpins ou encore les coins perdus d’Ile-de-France.

Une copie de la carte dans la poche arrière du maillot et me voilà alors cyclotouriste. Car oui, découvrir une région à vélo reste un véritable plaisir. S’arrêter facilement à n’importe quel endroit pour y prendre une photo, traverser un petit village et s’arrêter prendre un verre assis à une terrasse, s’affranchir des contraintes de la circulation… C’est ma façon d’aller à la découverte d’un coin que je ne connais pas encore. Alors si vous aussi vous aimez explorer les paysages tout en pédalant, je ne peux que vous conseiller, lors de votre prochain voyage, de faire un crochet par le rayon cartographie avant de prendre l’avion.

3 comments on “Jamais sans ma Carte”

  1. Francois Répondre

    Hey!
    Rien de tel effectivement que de découvrir une nouvelle région grâce à notre sport. Cela fait également partie des grands avantages que nous avons.
    De plus, cela nous permet de varier les parcours de nos entraînements et cela a un réel impact sur notre motivation. Si nous restons dans notre routine, on finit par se lasser et donc par sortir moins souvent.
    Alors gardons ce plaisir dans notre pratique sportive et profitons des paysages nouveaux. Quel bonheur de s’entraîner 🙂

  2. DADA Répondre

    ahhh le fameux liseré vert ! : )
    On avait accès aux mêmes cartes papier pour la France sur l’appli Via Michelin mais depuis peu ils ont changé le design des cartes numériques, moins lisible ! Souvent je me faisais des captures d’écrans quand j’avais pas de cartes : )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *