J+15 Après la Chute, Ma Vie d’Infirme

Depuis ma sortie de l’hôpital, je me traîne tel un infirme avec deux béquilles. Tous ceux qui ont subi la dure loi des béquilles doivent le savoir, ces deux tiges d’aluminium surmontées d’un repose bras en plastique sont une véritable torture.

Heureux celui qui mettra aux mains du grand public la béquille qui tient debout toute seule ! Parce que ces satanés cannes ont la fâcheuse tendance de tout le temps vouloir tomber et vous encombrent dès le moindre geste.

Néanmoins dans mon malheur, il m’est arrivé des choses qu’il ne m’était encore jamais arrivées dans la vie :

  • Des personnes qui m’ouvrent et me tiennent la porte.
  • Des automobilistes qui s’arrêtent et patientent le temps que je traverse la chaussée.
  • Des personnes qui me proposent de passer devant eux à la caisse du supermarché.
  • Des personnes qui me laissent leur place assise dans le métro.

Béquilles

Bien évidemment et n’acceptant pas cette forme de handicap, je refusais (dans les deux derniers cas) poliment. Néanmoins cette expérience d’infirme m’a permis de me mettre dans la situation de personnes dont le handicap est leur quotidien.

Auparavant, j’avais plutôt de la compassion. Mais désormais, je leur vous un profond respect. Un handicap, de quelque nature qu’il soit est un combat dans la vie de tous les jours. De nombreuses choses “banales” deviennent très compliquées, voir impossible. Je ne citerai que :

  • Faire ses courses au supermarché.
  • Monter et descendre les escaliers du métro.
  • Porter le moindre objet lorsque vous deux mains sont prises par les béquilles.
  • Essayer un pantalon dans une cabine d’essayage.
  • Pousser une porte un peu trop lourde.
  • Courir après le bus…

Béquilles dans le Bus

Au delà de ça, dès qu’on s’éloigne de chez soi, on se sent comme faible et à la merci des éléments extérieurs. C’est anodin, mais le moindre obstacle sur la route, aussi minime qu’il soit, peut vous mettre par terre.

Que dire des flux de piétons pressés qui ne font pas attention à vous. Je comprends désormais les personnes âgées qui rechignent à sortir de chez elle par peur de la chute ou par peur de se faire bousculer. Et le métro aux heures de pointe, je n’en parle même pas. Même pas la peine d’essayer pour se dire que c’est du suicide.

4 comments on “J+15 Après la Chute, Ma Vie d’Infirme”

  1. Bat Répondre

    Salut Pierre, pour les béquilles, que j’ai connu il y a un bon moment, il existe ds embouts spéciaux, en forme de triangle, pour qu’elles tiennent seules, ça change la vie. Et puis il fut faire gaffe au carrelage mouillé, une vrai patinoire. courage

  2. Verhooghe Répondre

    Bonjour,
    Je suis coureur au vcesqy, on roule de temps en temps sur les mêmes courses.
    Début juin sur la sud yvelines, je me suis fracturé le fémur, mis en place d’un clou gamma et convalescence.
    Je n’ai toujours pas repris d’activité physique. Je voulais savoir si tu avais eu la.même chose et comment avais tu repris le velo.
    En attendent de te lire bonne fin de saison et au plaisir de discuter sur lz bord de la route.
    Arnaud

    • Pierre M Répondre

      Salut Arnaud, j’ai finalement repris très vite le vélo sur HT au vue de la gravité de la blessure (moins de 20 jours après avoir chuté). Si tu veux en savoir un peu plus, le plus simple serait peut-être de m’envoyer un mail (via la page contact) avec ton numéro de téléphone qu’on puisse en discuter de vive voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *