Pubalgie chez le sportif – Symptômes, Prévention et Soins

La pubalgie est une douleur dûe à une déformation ou déchirure de tout tissu mou – les muscles obliques, les tendons ou ligaments qui sont connectés aux muscles du bas de l’abdomen, du pubis ou aux adducteurs. Il survient le plus souvent chez les sportifs qui doivent faire des changements brusques de direction ou des mouvements de torsion intenses, par exemple ; les footballeurs, les coureurs de longues distances.

 

Il faut noter que la pubalgie est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes car leurs bassins sont plus étroits et moins stables.

Certains professionnels de la santé ne sont pas toujours en accord sur ce qu’est exactement une pubalgie et appliquent parfois le terme à plusieurs types de blessures à l’aine. L’absence de consensus, la variété des formes cliniques et le nombre de structures anatomiques impliquées dans la pubalgie ont abouti à une multitude de publications scientifiques sans aucune base commune.
Cependant, il est important de bien comprendre la véritable nature de cet état physique afin de pouvoir la déceler par vous-même et éventuellement aider les médecins à établir un diagnostic précis.

 

 

Symptômes de la pubalgie du sportif

 

Les symptômes de la pubalgie peuvent ressembler à de nombreux autres types de blessure à l’aine et ne sont donc pas définitifs.

Aussi, ils peuvent être vagues, car les athlètes ne savent pas toujours pourquoi ils ont soudainement ou progressivement constaté une baisse de leurs performances sportives.

 

Voici quelques exemples de symptômes décelés auprès des personnes souffrant de pubalgie :

 

  • Douleur soudaine et intense au moment de la blessure
  • Douleur à l’aine qui disparaît avec le repos, mais revient dès la reprise d’une activité sportive
  • Douleur associée à d’autres mouvements impliquant les muscles abdominaux profonds, tels que des demi-redressements assis (abdominaux) ou une toux.
  • Douleur au périnée ou aux testicules qui augmente progressivement d’intermittente à constante et / ou douleur qui se développe au point que les efforts sportifs deviennent littéralement impossibles

 

Même si aucun des symptômes ci-dessus n’est présent, vous pouvez être atteint de pubalgie si le seul symptôme est une douleur chronique à l’aine ou une baisse de la performance sportive.

 

 

Les maladies liées à la pubalgie :

 

  • Pathologie de la symphyse pubienne
  • Hernies abdominales externes
  • Syndrome de compression nerveuse
  • Défaut pariétal myo aponévrotique
  • Troubles génito-urinaires

 

Ces maladies sont effectivement interreliées car la pubalgie ne renferme pas une seule pathologie.

 

 

Comment diagnostique-t-on la pubalgie?

 

Le diagnostic de la pubalgie est compliqué en raison de la complexité de l’anatomie et les symptômes divergents qui apparaissent entre les différentes blessures à l’aine.

 

Le spécialiste doit donc considérer que les athlètes souffrant de douleurs à l’aine peuvent avoir plus d’un diagnostic et que la présence de l’un de ces diagnostics apparents n’élimine pas nécessairement la possibilité d’une pubalgie.

 

Le médecin va ensuite continuer sa consultation par la palpation de l’orifice profond du canal inguinal, en suivant le cordon spermatique qui l’aidera à identifier la douleur au dessus de l’arcade crurale.

 

L’examen des patients atteints de pubalgie peut inclure 4 tests de provocation à la douleur: le testing musculaire de l’adducteur et de l’adducteur bilatéral, le squeeze et le test de résistance au Sit Up.
Les résultats de l’examen doivent inclure une sensibilité égale ou légèrement supérieure à la
tubercule pubien près du rectus ou les adducteurs de la hanche de la face affectée.

 

Les procédures supplétives pour faire un bon diagnostic :

 

  • L’historique clinique du patient

 

Votre historique médical est très important.

Le médecin passera probablement beaucoup de temps à interroger l’athlète au sujet des performances sportives récentes, du début de la douleur et / ou de la sensibilité, si la douleur s’est aggravée soudainement ou progressivement, etc.

 

  • L’imagerie

 

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est le test le plus couramment utilisé pour identifier la pubalgie du sportif car il permet de voir certains organes

Il est fortement recommandé de faire passer l’IRM par un spécialiste des blessures à l’aine ou par un radiologue qui passe régulièrement en revue les images des blessures à l’aine et utilise des protocoles spécifiques pour détecter les blessures à la paroi abdominale / de l’aine.

 

  • Les radiographies

 

Les radiographies permettent au médecin de voir s’il y a un œdème à la moelle osseuse autour de la symphyse pubienne, des lésions de la fente secondaire et ou si le ligament supérieur comporte un aspect inflammatoire

 

 

Comment soigner une pubalgie ?

 

  • Repos & les thérapies physiques

Le premier traitement recommandé pour la plupart des patients atteints de pubalgie athlétique est la rééducation par thérapie physique. Cependant, le traitement doit être individualisé en fonction du niveau de l’athlète, du temps requis avant son retour au jeu et du moment choisi pour la saison sportive.

Le traitement consiste principalement à prendre beaucoup de repos ; l’arrêt complet du sport pendant au moins 1 mois (dépendant de la blessure et des douleurs) est indispensable !

Astuce : Dans les 7-10 jours suivant la blessure, vous pouvez mettre des compresses froides sur la zone pour calmer la douleur. Des massages en profondeur de la région de l’aine peuvent également être très utiles.

 

Si vous vous en sentez capable, vous pourrez par la suite commencer à faire des exercices de renforcement de base qui ciblent l’abdomen, la colonne lombaire et les hanches, ainsi que des étirements axés sur les rotateurs de la hanche, les adducteurs et les ischio-jambiers pour améliorer la force et la souplesse de vos muscles.

 

 

 

  • Médicaments anti-inflammatoires & injection

 

Votre médecin vous recommandera, très probablement, des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour réduire l’enflure et la douleur.

 

Si vos symptômes perdurent pendant une période prolongée, votre médecin pourra aussi vous suggérer des injections de stéroïdes, de blocages nerveux administrés au nerf ilio-inguinal et au nerf  ilio hypogastriques, ou une injection de plasma riche en plaquettes (PRP).

 

Les injections vous aideront vraiment beaucoup pour calmer les douleurs.

 

  • Intervention chirurgicale & la rééducation post chirurgicale

 

Dans la grande majorité des cas, les éléments cités ci-dessus devraient permettre à un athlète de reprendre le sport après 6 semaines.

 

Si rien de tout ça ne fonctionne quand vous reprenez vos activités sportives, il vous faudra peut-être, à ce moment-là, envisager une intervention chirurgicale pour réparer les tissus déchirés.

 

En général, après l’opération, il vous faudra suivre un traitement médicamenteux (antalgiques, antidouleurs) et puis recommencer à faire des exercices de renforcement.

 

 

Comment prévenir une pubalgie ?

 

La prévention est primordiale pour réduire le nombre de patients souffrant de pubalgies sportives.

Les examens physiques doivent donc comprendre une évaluation clinique de la stabilité du cœur et de la flexibilité de la hanche.

Vous pouvez également travailler sur le  renforcement et le développement de la coordination de vos hanches, des muscles rotateurs internes, des stabilisateurs centraux, des muscles du fessier et de la musculature de la colonne vertébrale.

Travailler l’endurance, accorder l’importance nécessaire aux étirements et une hydratation convenable durant vos efforts sportifs sont également de bonnes méthodes pour éviter une pubalgie.

 

 

Conclusion

La pubalgie survient beaucoup plus auprès des hommes (sportifs) qu’auprès des femmes. Cette pathologie est basée sur l’affaiblissement ou déchirure des muscles abdominaux inférieurs ou adducteurs et leurs forces opposées sur l’os pubien.

Elle ne peut malheureusement pas être décelée facilement car il y a plusieurs autres blessures qui lui ressemblent mais ce n’est pas impossible si votre médecin vous procure une consultation adéquate ; palpation de la zone douloureuse, utilisation de l’imagerie ou de la radiographie.

 

Plusieurs traitements peuvent être proposés si vous avez été diagnostiqué d’une pubalgie, nommément beaucoup de repos, des antidouleurs, une rééducation, interventions chirurgicales etc…

Ce n’est, heureusement pas une maladie irréversible et nous savons que vous avez beaucoup de force et de volonté pour prévenir la pubalgie du sportif ou pour vous en remettre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *