Tendinite du Tendon d’Achille – Causes et Traitements

 

Une blessure au tendon d’Achille peut toucher tout le monde, qu’il s’agisse d’un sportif ou tout simplement dans la vie quotidienne. Le tendon d’Achille est le plus gros tendon de votre corps. Il s’étend des os de votre talon aux muscles de votre mollet. Vous pouvez le sentir – une bande de tissu élastique à l’arrière de votre cheville et au-dessus de votre talon. Son apport sanguin provient des muscles en dessus et de l’attachement osseux en dessous. Il vous permet de pointer vos orteils vers le sol et de vous lever sur la pointe des pieds.

 

Il est fréquent que ce tendon se blesse. Il peut être léger ou modéré et donner l’impression d’une sensation de brûlure ou de raideur à la jambe. Si la douleur est intense, vous avez possiblement une tendinite achilléenne.

 

La tendinite achilléenne est une réaction inflammatoire mais, celle-ci est très limitée car il n’y a que peu de sang qui circule vers le tendon d’Achille. Des descriptions plus appropriées sont une inflammation de la gaine environnante (paraténonite), une dégénérescence dans la substance du tendon (tendinose) ou une combinaison des deux.

 

 

Les symptômes

La paraténonite est présente chez les jeunes. Les symptômes commencent graduellement et spontanément. Des sensations douloureuses et brûlantes sont notées en particulier lors des activités matinales. Il peut s’améliorer légèrement avec l’activité initiale mais, s’aggrave avec une activité ultérieure. Il est aggravé par l’exercice. Au fil du temps, il faudra de moins en moins d’exercice pour causer la douleur.

 

Le tendon d’Achille est souvent élargi, chaud et tendre à environ 2 à 10 centimètres au-dessus de son insertion au talon. Parfois, on note des frictions avec une légère palpation du tendon lors du mouvement de la cheville.

 

La tendinose se présente de manière similaire, mais typiquement chez les personnes d’âge moyen. Si une douleur intense et une capacité de marche limitée sont présentes, cela peut indiquer une déchirure partielle du tendon.

 

 

Les causes

La cause de la paraténonite n’est pas bien comprise, bien qu’il existe une corrélation avec une augmentation récente de l’intensité des séances d’entraînement en course ou en saut. Il peut être associé à des activités répétitives surchargeant la structure du tendon, à des problèmes de posture tels que pieds plats ou pieds fortement cambrés, à des chaussures et à des problèmes d’entraînement tels que courir sur un sol inégal ou excessivement dur ou sur des surfaces inclinées. La tendinose est également associée au processus de vieillissement.

 

 

Comment le diagnostiquer ?

L’élargissement et la chaleur au tendon sont situés entre 2 et 10 centimètres au-dessus de son insertion dans le talon. Il est possible de sentir une douleur et parfois une sensation de grattement en serrant doucement le tendon entre le pouce et l’index lors du mouvement de la cheville. Il peut y avoir une faiblesse dans la force de poussée lors de la marche. L’imagerie par résonance magnétique (l’IRM) peut définir l’étendue de la dégénérescence, le degré d’implication de la gaine tendineuse et la présence d’autres problèmes dans ce domaine, mais le diagnostic est principalement clinique.

 

 

Les traitements

La plupart des cas sont traités avec succès sans intervention chirurgicale, bien que cela prenne du temps et soit frustrant pour les patients actifs. Le traitement a moins de chance de réussir si les symptômes sont présents depuis plus de six mois. La prise en charge non chirurgicale comprend les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, le repos, l’immobilisation, la limitation de l’activité, la glace, les bains de contraste (Une forme d’hydrothérapie. On l’appelle aussi thérapie par immersion chaud / froid. C’est l’utilisation d’eau chaude et froide pour aider à réduire la douleur et augmenter la circulation dans une zone de blessure et de flux sanguin restreint.), les étirements et le lever de talon.

 

Si les symptômes ne disparaissent pas au bout de deux à trois mois, un programme de thérapie physique officiel peut être bénéfique. Un support à la voute plantaire peut aider si un pied plat est associé. Un plâtre ou une attelle pour reposer complètement cette zone peut être nécessaire. La thérapie par ondes de choc extracorporelles et les injections de plasma riche en plaquettes ont des résultats variables. Un traitement à la nitroglycérine appliqué sur la peau sus-jacente peut être bénéfique.

 

 

Les options de traitement chirurgical

Pour la paraténonite, une technique appelée « brisement » est une option. Un anesthésique local est injecté dans l’espace situé entre le tendon et sa gaine environnante pour casser le tissu cicatriciel. Cela peut être bénéfique dans les premières phases du problème 30 à 50% du temps mais, il peut être nécessaire de le répéter deux à trois fois.

 

La chirurgie consiste à découper la gaine épaissie et cicatrisée environnante. Le tendon lui-même est également exploré et toutes les déchirures du tendon sont réparées. Le mouvement commence presque immédiatement pour éviter de répéter les cicatrices du tendon sur la gaine et les tissus mous au-dessus. Et, dès que la douleur et l’enflure le permettent, il faudra commencer à faire des mouvements et appliquer des poids ; généralement en moins d’une à deux semaines. Le retour à la compétition prend trois à six mois.

 

Comme la tendinose implique des modifications de la substance du tendon, le « brisement » n’est pas bénéfique. La chirurgie consiste à éliminer le tissu cicatriciel et les dépôts de calcification dans le tendon. Le tissu anormal est excisé jusqu’à l’apparition d’un tissu d’apparence normale. Le tendon est ensuite réparé avec une suture. Chez les patients âgés ou lorsque plus de 50% du tendon est enlevé, l’un des autres tendons à l’arrière de la cheville est transféré au talon pour aider le tendon d’Achille à renforcer et améliorer l’irrigation sanguine de cette région.

 

Une des solutions ? Un échauffement adapté

Voici quelques exercices d’échauffement que vous pouvez effectuer pour compléter vos séances d’entraînement afin d’empêcher la tendinite achilléenne de vous éloigner de la piste ou de la route :

 

La corde à sauter

La corde à sauter est un excellent échauffement cardiovasculaire et entraîne vos pieds à atterrir correctement. Lorsque vos pieds sont inclinés vers l’extérieur, la voûte plantaire s’effondre et vous exercez une force désaxée sur votre tendon d’Achille. Ce mouvement répété prépare l’Achille à d’autres mouvements athlétiques.

 

La balle de tennis

Vous souhaitez assouplir activement votre fascia plantaire ? Vous pouvez le faire en gardant un pied sur le sol et en faisant rouler une balle de tennis sous l’autre pied. Les muscles et les tendons au bas du pied exerceront alors une pression au-dessous du tendon d’Achille. Il faut quand même vous assurez que rien n’est tendu et / ou crampé.

 

Le rouleau en mousse

Augmentez de manière proactive la flexibilité de vos jambes en y faisant rouler un rouleau en mousse à l’avant et à l’arrière. L’étirement et la tension peuvent être libérés en roulant lentement et régulièrement sur ces muscles.

 

 

Guérison

Comme pour toute blessure due à une sur-utilisation, si vous choisissez d’ignorer la douleur, vous courez le risque d’une blessure encore plus grave. Une rupture du tendon d’Achille pourrait nécessiter une réparation chirurgicale, sans parler d’une douleur incroyable. Toujours parler avec un médecin si la douleur ne diminue pas après que des mesures proactives ont été prises.

 

La guérison des symptômes, avec prise en charge non chirurgicale ou chirurgicale, peut prendre entre un et deux ans. Un traitement non chirurgical d’au moins trois à six mois est recommandé avant d’envisager une intervention chirurgicale. Un plâtre, une attelle ou un corset est utilisé pendant quatre à huit semaines après la chirurgie, bien que les premiers exercices d’amplitude des mouvements soient commencés plus tôt.

La prise en charge non chirurgicale de la paraténonite peut prendre plusieurs mois, mais aboutit à une résolution et à la reprise des activités antérieures à la lésion dans 90% des cas. Chez les patients qui échouent à la gestion non chirurgicale, un traitement chirurgical résout les symptômes dans 75 à 100% des cas.

Les résultats du traitement non chirurgical et chirurgical de la tendinose sont moins prévisibles, le succès de la chirurgie étant rapporté entre 36 et 100%. De meilleurs résultats sont associés à une durée plus courte des symptômes et à l’importance de l’atteinte des tendons, à un âge plus jeune et à l’éventualité d’un transfert de tendon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *